Sélectionner une page

Le Cardinal Burke tombe dans une fausse mystique. Dieu Merci, Saint Thomas d’Aquin nous en préserve. La grâce présuppose la nature. Ce qui provient de la nature se soigne par la nature. Evidemment que le lien à Dieu est fondamental.

Les rassemblement publics sont interdits. Donc plus de messe publique ! C’est clair et net !

Les messes du Pape, des évêques et des prêtres sont célébrées en privés ou diffusés dans les médias. La communion spirituelle est alors la juste manière de communier.

Certes, la confession reste possible dans certains endroits, mais jamais en groupe ! Toujours avec la distance de 2m, durant un bref moment et avec une protection de type plexiglass. Nous ne pouvons plus confesser au confessionnal.

La matière du sacrement est le pardon, la contrition. Si le prêtre ne peut pas conférer l’absolution, le regret des péchés est la voie qu’il faut choisir. Les infirmières, les médecins peuvent le faire avec les personnes en fin de vie. Le Pape François a clairement communiqué sur ce point capital !

Aussi Monsieur Burke, non possumus. Nous ne suivrons pas vos conseils mortels !


Chers amis,

Depuis quelque temps déjà, nous nous battons contre la propagation du coronavirus, le COVID-19. Pour autant que nous sachions – et l’une des difficultés du combat est que tant de choses restent obscures sur cette peste – la bataille va encore se poursuivre pendant un certain temps. Le virus en cause est particulièrement insidieux, car il a une période d’incubation relativement longue – certains disent 14 jours, d’autres 20 jours – et il est très contagieux, beaucoup plus contagieux que les autres virus que nous avons connus.

L’un des principaux moyens naturels de se défendre contre le coronavirus est d’éviter tout contact étroit avec les autres. […] En outre, comme le virus est transmis par de petites gouttelettes émises lorsqu’on éternue ou qu’on se mouche, il est essentiel de se laver fréquemment les mains avec du savon désinfectant et de l’eau chaude pendant au moins 20 secondes, et d’utiliser des lave-mains et des lingettes désinfectantes. […]

Vivant en Italie, où la propagation du coronavirus a été particulièrement meurtrière, surtout pour les personnes âgées et pour celles qui sont déjà dans un état de santé délicat, je suis édifié par le grand soin que les Italiens prennent pour se protéger et protéger les autres de la contagion. […]

En tenant compte de ce qui est nécessaire pour vivre, nous ne devons pas oublier que notre première considération est notre relation avec Dieu. Nous nous souvenons des paroles de notre Seigneur dans l’Évangile de saint Jean : « Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole, et mon Père l’aimera, et nous viendrons à lui et nous ferons notre demeure chez lui » (14, 23). Le Christ est le Seigneur de la nature et de l’histoire. Il n’est pas lontain et indifférent vis-à-vis de nous et du monde. Il nous a fait une promesse : « Je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde » (Mt 28, 20). Dans la lutte contre le mal du coronavirus, notre arme la plus efficace est donc notre relation avec le Christ, par la prière et la pénitence, et par les dévotions et le culte sacré. Nous nous tournons vers le Christ pour nous délivrer de la peste et de tout mal, et il ne manque jamais de nous répondre par un amour pur et désintéressé. C’est pourquoi il est essentiel pour nous, à tout moment et surtout en temps de crise, d’avoir accès à nos églises et chapelles, aux sacrements, aux dévotions et aux prières publiques.

Tout comme nous pouvons acheter de la nourriture et des médicaments, tout en veillant à ne pas propager le coronavirus, nous devons également pouvoir prier dans nos églises et chapelles, recevoir les sacrements et accomplir des actes de prière et de dévotion publique, afin de connaître la proximité de Dieu avec nous et de rester auprès de lui, en faisant appel à son aide comme il se doit. Sans l’aide de Dieu, nous sommes en effet perdus. Historiquement, en temps de peste, les fidèles se rassemblaient dans une prière fervente et participaient à des processions. Et de fait, dans le Missel romain promulgué par Saint Jean XXIII en 1962, il existe des textes spéciaux pour la Sainte Messe à offrir en temps de peste, la Messe votive pour la délivrance de la mort en temps de peste (Missae Votivae ad Diversa, n. 23). De même, dans la traditionnelle Litanie des Saints, nous prions : « De la peste, de la famine et de la guerre, ô Seigneur, délivrez-nous. » […]

.

Raymond Leo Cardinal Burke
21 mars 2020
En la fête de saint Benoît, Abbé

Lire la version intégrale ici.

error

Vous aimez ce blog, parlez-en !