Sélectionner une page

Ni inflexible, ni rétrograde, ni anti-mesures, ni anti-Pape.

Le milieu franco-fançais, très vif dans l’analyse et souvent plutôt critique, passe souvent les propos spirituels à la moulinette des idéologies politiques.

Un excellent article, en italien, qui sort du climat franco-français ( gauche, droite, milieu tradi ) qui explique les propos du Cardinal Sarah ! Il cite bel et bien notre Pape François, casse l’idée d’une punition divine et invite bel et bien aux respects des normes sanitaires !


Puisque les propos du Cardinal sont souvent lu avec un angle triple ou triple cadre (anti-bergoglien, inflexible et rétrograde) aussi gros qu’une maison, j’ai lu ( source Martina Pastorelli ) avec cette attention particulière l’article corsé du cardinal Sarah, publié aujourd’hui dans Il Foglio. La raison en bref, de ces réserves:

📌
Sarah cite 3 fois (en 6 colonnes) le Pape François: sur le fait que l’image virtuelle des liturgies ne remplace pas la présence physique; sur le risque que les masses filmées finissent par faire des prêtres des forains; sur l’importance d’offrir au peuple chrétien l’adoration, solennelle et ensemble, du très saint sacrement.

📌
Sarah annule la lecture “à l’ancienne” qui associe Covid à une punition divine: “Aujourd’hui, à travers une maladie qu’il ne voulait PAS, Dieu nous offre la grâce de ressentir combien nous manquons nos églises”

📌
Sarah reconnaît qu’il était légitime de demander aux chrétiens de s’abstenir de se réunir (“c’est à l’autorité civile d’interdire les réunions qui seraient dangereuses pour le bien commun”) précisant cependant qu ‘”en revanche il est inacceptable que les autorités se laissent juger caractère urgent ou non urgent du culte religieux et interdire l’ouverture des églises tant que les règles sanitaires sont respectées

Bref, ni inflexible, ni rétrograde, ni anti-mesures, ni anti-Pape.

Souvent, tout lire et dépasser les gros titres de la blogosphère “trumpiste anti-Francois” (et les préjugés) nous découvrons des pépites de vérité afin d’être plus libres.

Siccome gli affibbiano spesso una triplice cornice (di inflessibile-retrogrado-antibergogliano) grossa come una casa, mi sono letta con questa particolare attenzione il corposo articolo del Cardinale Sarah, pubblicato oggi su Il Foglio.Arrivata alla fine ho trovato infondate su tutte e tre queste critiche. Motivo in estrema sintesi:

📌

Sarah cita 3 volte (in 6 colonne) #PapaFrancesco: sul fatto che l’immagine virtuale delle liturgie non sostituisce la presenza fisica; sul rischio che le messe filmate finiscano per tramutare i sacerdoti in uomini di spettacolo; sull’importanza di offrire al popolo cristiano l’adorazione, insieme e solennemente, del santissimo sacramento

📌

Sarah stronca la lettura “vecchio stile” che associa il Covid a una punizione divina: “Oggi, attraverso una malattia che NON ha voluto, Dio ci offre la grazia di sentire quanto ci mancano le nostre chiese”

📌

Sarah riconosce che è stato legittimo chiedere ai cristiani di astenersi dal riunirsi( “spetta all’autorità civile vietare le riunioni che sarebbero pericolose per il bene comune”) precisando però che “d’altra parte è inaccettbile che le autorità si permettano di giudicare la natura urgente o non urgente del culto religioso e vietino l’apertura di chiese purchè siano rispettate le norme sanitarie”Insomma né inflessibile, né retrogrado, né antibergogliano.Spesso, leggendo tutto e andando oltre i titoli (e i pregiudizi) si scopre #laltrastoria su #lachiesachecè. E si è piu liberi.

error

Vous aimez ce blog, parlez-en !